MINES - Cinq Inuits de Kuujjuaq ont reçu vendredi dernier leur diplôme en forage minier, ce qui constituait la première cohorte de la sorte parrainée par CMAC-Thyssen en collaboration avec Avataa Explorations & Logistics Inc., une entreprise située dans le Grand Nord québécois.

Arrivés à Val-d’Or pour un séjour d’un petit peu moins d’un mois, les étudiants ont pu retourner dans leur communauté avec une attestation leur permettant de travailler dans le secteur minier.

Pour le président et cofondateur d’Avataa, Charlie Tommy Watt, la formation obtenue par ces cinq Inuits représente énormément de choses pour eux et la communauté de Kuujjuaq.

«J’étais quelque peu ému parce que je suis très fier de ces jeunes-là. C’est un grand accomplissement pour notre partenariat entre CMAC-Thyssen et Avataa. Ça ouvre des opportunités à tous les jeunes Inuits du Nunavik. Je suis très fier d’avoir fait partie de cet apprentissage», a révélé M. Watt.

Un processus ardu

«Malgré les difficultés rencontrées, je crois que c’est un des plus grands exploits qu’on pouvait faire pour les candidats qui vont suivre dans le futur», n’a pas caché Victoria Cooper, la seule fille parmi les étudiants présents.

Étant la première cohorte de l’histoire de l’association, un sentiment de fierté habitait les futurs foreurs.

«C’est une grande satisfaction d’être parmi les cinq premiers de Kuujjuaq à le faire. Je dirais que, oui c’est dur, mais en passant au travers, cela devient de plus en plus facile et ça peut encourager d’autres Inuits de l’essayer s’ils en ont l’opportunité», a pour sa part déclaré Steven Gordon, un autre élève.

Un programme ardu qui a permis aux apprentis de se souder et de créer un esprit d’équipe qui leur a aidé à passer au travers.

«Ç’a été une des choses les plus dures à mettre son esprit de manière complète, mais quand tu mets les efforts c’est vraiment plus facile. On a fusionné telle une famille et on était derrière les autres. Certaines journées, on était plus capable de s’endurer, mais malgré tout, on a réussi. Le mois a passé tellement vite et je croyais que ce serait plus long que cela», a commenté Mme Cooper

Prochaine étape

Maintenant formé, le quintette de diplômés est retourné dans leur coin de pays et attend d’être placé dans différents projets miniers en cours présentement dans le Grand Nord.

«On va joindre les rangs dans les mines de nickel de la Canadian Royalties pour faire du forage long. Maintenant, ça va être les choses sérieuses qui commencent», a révélé Victoria Cooper après la remise des diplômes.

En attendant qu’ils rejoignent le marché du travail, d’autres personnes issues des communautés inuites pourraient prendre le même chemin dans le futur.

«On va définitivement faire notre possible pour garder cette initiative pour qu’on puisse donner la chance aux autres», a signifié M. Watt.