Une passion pour l'escalade entre amis se sera transformée en collecte de fonds inattendue pour 14 employés d'Agnico Eagle, le 8 septembre dernier. Ils ont escaladé la rampe de la mine Goldex pour ainsi récolter 5200 $ au profit du Projet Cœur d'enfant de la Fondation de l'hôpital de Val-d'Or.

Cette idée est venue, entre autres, de Norbert Perron qui pratique l'escalade avec des amis depuis longtemps. Le groupe cherchait désespérément leur prochain sommet à atteindre. «On voulait faire l'ascension d'un mont de 1200 mètres, mais ici, en Abitibi, il n'y a pas ça, indique Norbert Perron. On aurait pu aller au Mont-Tremblant, mais il aurait fallu qu'on fasse la montée plusieurs fois pour atteindre notre but en kilomètres. On trouvait ça moins intéressant.»

Et puis, un jour, le directeur général de la mine Goldex, Frédéric Langevin, a une idée pour Norbert Perron. «Il m'a suggéré que dans le cadre du programme Entreprises en santé nous pourrions faire l'ascension de la rampe de la mine en partant du niveau 120, raconte M. Perron. Et puis, au fil des discussions, nous avons décidé de jumeler ce défi à une collecte de fonds.»

5200 $

Le choix du groupe se sera finalement arrêté sur le Projet Cœur d'enfant de la Fondation de l'hôpital de Val-d'Or. D'ailleurs, les 14 employés ont réussi à dépasser l'objectif initial qui était de 4800 $. «Nous avons terminé le défi avec 5200 $, précise Norbert Perron. Là-dessus, 4200 $ proviennent des contributions des employés et 1000 $ ont été offerts par Agnico Eagle.»

Un défi de taille

Bien que M. Perron et ses amis soient des habitués de l'escalade, l'ascension de ce qu'ils appellent le mont Goldex ne fut pas facile. «Il y a des choses qu'on a apprises à la dure et dont on va se souvenir lors de la prochaine fois, lance en riant David Paquette, l'un des participants. Par exemple, nous avons tous porté des chaussures adéquates et sécuritaires pour ce genre de montée. Nous ne l'avons pas fait avec de simples chaussures de randonnée, mais ç'a apporté un poids supplémentaire.»

«Je crois qu'on va se souvenir que l'an prochain, il faut tous s'apporter une source d'énergie, précise Norbert Perron. Je m'étais apporté du sirop d'érable, mais finalement je crois que j'en ai donné à tout le monde. Il y a évidemment une baisse d'énergie pendant la montée et c'est important d'avoir quelque chose à notre portée pour nous donner un petit coup d'énergie.»

Malgré tout, les escaladeurs sont fiers de leur montée qui aura été plus rapide que prévu. «Nous avions prévu escalader la rampe en quatre heures, mais finalement ça nous en a pris trois, souligne David Paquette. Je crois qu'on s'est sous-estimés un peu! Ce fut vraiment un beau travail d'équipe, tout le monde s'encourageait.»

Édition 2019

À peine le défi fini, le groupe prépare déjà l'édition 2019. «Nous avons tellement d'idées en tête, assure Norbert Perron. On aimerait avoir plus de participants et peut-être faire ça sous forme de relais, car ça représente quand même une montée de 10 km. Tout ce qu'on sait, c'est que nous allons répéter ce défi l'an prochain et on veut rendre ça annuel.»

Source : L'Éclat

Consulter l'article