Nouvelles

Qualités Mineur, un tout nouveau quiz qui permet aux travailleurs miniers de mesurer leurs connaissances théoriques

 

 

Qualités Mineur, un tout nouveau quiz qui permet aux travailleurs miniers de mesurer leurs connaissances théoriques reliées aux six compétences du métier de mineur sous terre telles que définies par la norme québécoise «Mineur/Mineuse sous terre». Entrée en vigueur depuis 2011, la norme permet aux travailleurs miniers expérimentée d’acquérir une certification gouvernementale de leurs compétences.

 

Ce printemps, le quiz Qualités Mineur débutera une grande tournée au travers de la province grâce à un tout nouvel outil promotionnel, une borne iPad. Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines (CSMO Mines) est fier de propulser ce tout nouveau concept de borne libre-service qui permettra aux travailleurs de tester leurs compétences directement sur leur lieu de travail. Pour tous ceux qui n’auront pas eu la chance de croiser cette borne, le quiz peut également être effectué en ligne sur le site www.qualitesmineur.com.

 

La série de questions permet aux participants de mesurer leurs connaissances et de les sensibiliser à l’importance de la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre. Ce test est bien évidemment utilisé à titre indicatif, car il n’évalue que quelques notions théoriques, tandis que la certification est majoritairement basée sur les connaissances pratiques. La borne libre-service permet aux participants de découvrir les avantages de la norme professionnelle «Mineur/Mineuse sous terre» ainsi que l’offre de service du CSMO Mines.

 

Du 9 au 11 mai prochain, il sera possible d’essayer ce nouvel outil au kiosque du CSMO Mines dans le cadre du Super Salon Kinsmen de Val-d’Or. D’ici là, la borne libre-service sera mise à la disposition des travailleurs de différentes entreprises. Pour connaître le parcours de la borne, consultez régulièrement le calendrier Explore les mines.

 

Lancement du calendrier 2014 des formations sur la diversité culturelle en contexte minier : « Les Saisons des peuples »

Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines (CSMO Mines) et le Service de la Formation continue de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) sont fiers de présenter le calendrier 2014 des formations sur la diversité culturelle en contexte minier « Les Saisons des peuples ». Les travailleurs et les superviseurs de l’industrie minière sont dès maintenant invités à s’inscrire en ligne à ces formations présentées dans cinq régions du Québec.

 

Au cours de la prochaine décennie, 30 à 40% du personnel minier québécois prendra sa retraite. Les autochtones et les groupes sous-représentés deviendront un bassin de main-d’œuvre incontournable pour préserver la prospérité de l’industrie. Cette nouvelle réalité bouleverse parfois des habitudes et des attitudes bien ancrées dans les valeurs des gens. C’est face à cet enjeu que s’insère la nécessité de programme de formation visant principalement à maintenir un climat de travail stimulant et respectueux, de poursuivre une intégration harmonieuse et finalement de créer les conditions propices à l'atteinte des objectifs de performance et de production attendus de l'employeur.

 

« Les Saisons des peuples » sont deux formations adaptées au contexte minier, l’une destinée aux travailleurs et l’autre aux superviseurs. Au total, c’est 16 représentations francophones, d’une durée de cinq et sept heures, selon la version choisie, qui seront offertes un peu partout en province et qui permettront aux travailleurs de différentes provenances d’être davantage outillés en matière de diversité culturelle.

 

Pour les intéressés, il est dès maintenant possible de s’inscrire de façon électronique en se rendant directement sur le site Internet du CSMO Mines à l’adresse suivante : www.csmomines.qc.ca/saisonsdespeuples.  

 

Le CSMO Mines est un organisme sans but lucratif dont la mission est d’équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre compétente pour contribuer à la viabilité et au développement de l’industrie minière. Il concentre ses actions dans la promotion des métiers et des carrières du secteur, dans le développement des compétences de la main-d’œuvre en emploi et dans l’amélioration des pratiques de gestion des ressources humaines.

 

 

 

 Téléchargez le calendrier Les Saisons des peuples :

Calendrier_2013-2014_vf.pdfCalendrier 2014.pdf (189,91 ko)

 

 Télécharger le document d'information supplémentaire:

Document_dinformation_Saisons_des_peuples_vfinale.pdfDocument_dinformation_Saisons_des_peuples.pdf (199,50 ko)

 

Communiqué de presse

SaisonsdesPeuplesCommunique_de_presse_vf.pdfSaisonsdesPeuplesCommunique_de_presse_vf.pdf (92,83 ko)

 

Présentation AGA

CSMO-Mines_UQAT_4_juin_2014.pdfCSMO-Mines_UQAT_4_juin_2014.pdf (300,20 ko)

Deux_formations_disponibles_sur_la_dive_rsitE_culturelle_en_contexte_minier.pdfDeux_formations_disponibles_sur_la_dive_rsitE_culturelle_en_contexte_minier.pdf (936,5 ko)

 

Renseignements :

Guy Auger, coordonnateur à la formation

Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines

418-653- 9254, poste 222

gauger@csmomines.qc.ca

 

Les Saisons des peuples : Pour la diversité culturelle

 

Le multiculturalisme devient un facteur incontournable dans notre société. On constate une diversification des cultures dans le monde du travail. Cette nouvelle réalité bouleverse parfois des habitudes et des attitudes bien ancrées dans les valeurs des gens.

Le CSMO Mines en collaboration avec l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue a développé deux formations distinctes sur la diversité culturelle en contexte minier. D’une durée de 5 heures chacune, elles sont destinées respectivement à l’ensemble des travailleurs et aux superviseurs de première ligne.

 

Les avantages des formations :

 

  • Faire preuve de leadership positif
  • Faciliter l’ouverture à la diversité
  • Découvrir les embuches potentielles
  • Identifier les signes avant-coureurs de la difficulté d’acceptabilité et de conflits
  • Connaitre nos valeurs culturelles et celles des autres
  • Prendre conscience de la valeur ajoutée pour l’entreprise

Pour plus d’information sur Les Saisons des peuples, veuillez communiquer avec le CSMO Mines ou le Service de la formation continue de l’UQAT.

 

Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines

418-653-9254 poste 222

gauger@csmomines.qc.ca

www.csmomines.qc.ca

 

Service de la formation continue de l’UQAT

819-762-0971 poste 2828

1-877-870-8728 poste 2828

fc@uqat.ca

uqat.ca/formationcontinue

Premiers employés certifiés à la norme Mineur/mineuse sous terre

 

 

Enfin, ça y est! Les premiers travailleurs miniers du Québec se verront décerner leur certificat de conformité à la norme Mineur/mineuse sous terre (reconnaissance de compétences de la main-d’œuvre – RCMO). Nous procéderons à la remise officielle des diplômes ce printemps. Bravo à nos cinq valeureux!

Chez Xstrata Zinc, mine Bracemac :

  1. 1.     Monsieur Alain Gilbert
  2. 2.     Monsieur Bernard Gallant

Chez Wesdome, mine Kiena

  1. 3.     Monsieur Gaétan Bordeleau
  2. 4.     Monsieur Roger St-Pierre
  3. 5.     Monsieur Gaston Raymond

Dans la foulée de ces certifications et conformément aux besoins exprimés par les entreprises minières, le CSMO mines souhaite amorcer dans les prochains mois l’élaboration de deux nouvelles normes professionnelles.

Quelle est l’utilité de ces reconnaissances dites-vous?

Qu’est-ce que ça implique pour moi le mineur ou la mineuse? 

  1. Prendre connaissance de la norme professionnelle sur le métier de mineur ou mineuse sous terre et identifier les compétences que vous estimez avoir développées à travers vos expériences au travail en regard de la norme.

La norme professionnelle, c’est l’ensemble des compétences et des conditions requises pour exercer un métier. Dans le secteur minier, pour l’instant, il n’y en a qu’une seule, celle de mineur ou mineuse sous terre. Consultez-là à votre guise!

  1. Faire une demande de reconnaissance de ses compétences.

Vous pensez que vous répondez aux exigences de la norme et que vous maitrisez une ou des compétences qui y figurent. Appelez-nous pour faire une demande.

  1. Faire évaluer ses compétences.

Des processus et des outils particuliers ont été développés pour évaluer chacune des six compétences décrites dans le document.

  1. Obtenir, le cas échéant, un certificat de qualification professionnelle ou une attestation de compétences,

Quand l’évaluation est terminée, si vous avez démontré que vous maitrisez l’ensemble des compétences de la nome, le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale vous délivrera un certificat de qualification professionnelle en bonne et due forme. Ce document est la reconnaissance officielle de vos habiletés. Si toutefois à la suite de votre évaluation, il vous manque certaines compétences pour obtenir votre certificat, nous établirons une démarche pour vous aider à compléter le processus. Nos partenaires du milieu de l’enseignement sauront répondre à ce genre de besoin.

Informez-vous sur la démarche, c’est gagnant!

Guy Auger

gauger@explorelesmines.com

T: 418-653-9254 #222

 Plus d'information

Emploi Québec rend aussi accessible le Guide de la qualification professionnelle sur son site emploiquebec.net.

 

 

Invitation - Assemblée générale annuelle publique 2013

www.csmomines.qc.ca
 
     

INVITATION
 
Assemblée générale annuelle publique
 
Le Comité sectoriel de Main-d’œuvre de l’industrie des mines vous invite cordialement à sa septième assemblée générale annuelle
 
DATE :   15 mai 2013, 13h30
                   LIEU :    Centre des congrès de Sept-Îles
               513, avenue Brochu
                               Sept-Îles (Québec)    G4R-2X4
 
RSVP auprès de Mme Françoise Colombani au 418-653-9254 (poste #224) ou fcolombani@csmomines.qc.ca avant le 13 mai 2013 à 17 heures

 
 
www.csmomines.qc.ca

ComitÉ sectoriel de main-d'oeuvre
de l'industrie des mines

2065, rue Frank-Carrel, bureau SS1
Québec (QC) G1N 2G1


Se désabonner de la liste

 

www.csmomines.qc.ca www.csmomines.qc.ca
info@csmomines.qc.ca
Téléphone : 418 653-9254
Télécopieur : 418 653-3913

Invitation à participer GRATUITEMENT à la formation sur la diversité culturelle pour les superviseurs miniers

 

Les départs à la retraite des travailleurs et l’avancement des nouveaux projets miniers nécessiteront l’embauche massive de nouveaux employés. Les bassins régionaux de main-d’œuvre ne suffiront plus à combler les besoins des entreprises. Les relations d’affaires avec les Nations autochtones obligeront les employeurs à constituer des équipes de travail multiethnique d’autant plus qu’une partie de la main-d’œuvre devra également être recrutée dans les centres urbains du sud. 

 

Le CSMO Mines a développé en collaboration avec l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue deux formations spécifiques, l'une qui vise à fournir des outils de gestion aux superviseurs afin de maximiser l’efficacité du travail des équipes multiculturelles. L'autre, qui permet aux travailleurs de mieux se situer par rapport aux diversités culturelles au sein de leur équipe.

Quand? : Le 25 octobre 2012

Où? : Dès 8h00 au Pavillon des Premiers-Peuples 675, 1re Avenue Val-d'Or (Québec) J9P 1Y3.

Reservez vos places GRATUITEMENT (Vous êtes invité accompagné d’un de vos collègues): Monsieur Michel Vachon  mvachon@csmomines.qc.ca

 

Telechargez le programme

Formation_sur_la_diversit_culturel_le_pour_les_superviseurs_miniers.pdfFormation_sur_la_diversit_culturel_le_pour_les_superviseurs_miniers.pdf (79,32 ko)

 

 

Le Salon national de l’éducation de Montréal

 

Du 10 au 12 octobre 2012, à Place Bonaventure

   

Le rassemblement annuel du monde de l'éducation et du choix de carrière

 
Le Salon national de l'éducation de Montréal, présenté conjointement avec la Foire nationale de l'emploi et le Salon études et séjours à l'étranger, est reconnu comme le plus grand et le plus important rassemblement annuel consacré à l’éducation, à la formation et à la carrière au Canada! Les trois salons accueillent annuellement plus de 250 exposants et 50 000 visiteurs.  
Le comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines s’affaire à la conception et à la réalisation de la deuxième édition du Boulevard    
 

Cette zone, exclusivement composée d’organisations du secteur, qu’elles soient minières, institutions d’enseignement, entreprises d’exploration, d’exploitation, de construction, de distribution d’équipements, de services ou associations sectorielles, permettra aux jeunes et moins jeunes visiteurs de se familiariser avec les métiers et les emplois potentiels afin de faire un choix de carrière brillant dans cette industrie porteuse de l’économie du Québec et omniprésente dans le Plan Nord  du gouvernent québécois.

   

 

 Le boulevard sera grouillant d’activités tout au long de l’événement. Des ateliers-capsules, des démonstrations, des présentations vidéo et des animations surprises, tout sera mis en place pour que chacun constate à quel point le monde minier « c’est immensément l’fun ».

     

C’est une invitation. On vous y attend!

   
     

Pour info : communications@explorelesmines.com

   

INVITATION : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CSMO MINES

 

Connaissez vous qu'est-ce que nous faisons pour vous dans le secteur minier ?

Le Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines vous invite à sa sixième assemblée générale annuelle publique.

 

Quand ? : 16 mai 2012, 13 h 00

 

Où ? : Hôtel Forestel, salle « Argent »

           1001, 3ième avenue

            Val-d’Or (Québec) J9P 4P8

 

Pour confirmer votre assistance - avant le 14 mai 2012 à 17heures 

 

Par courriel : fcolombani@csmomines.qc.ca

Par téléphone : 418-9254 (poste #224) Françoise Colombani

 

L’événement est ouvert au public en général.

Le défi « Zoom Minier » arrive

Le Comité sectoriel de main-d'œuvre de l’industrie des mines (CSMO Mines), en collaboration avec l'Institut national des mines (INM), lance le défi « Zoom Minier : reporters scientifiques » pour les élèves des écoles secondaires de l’Abitibi-Témiscamingue, du Nord-du-Québec et de la Côte-Nord.
 
Les participants sont invités à produire une vidéo d’une durée de 2 à 3 minutes à l’aide d’un téléphone, d’une caméra Web ou de tout autre appareil vidéo numérique. Les vidéos doivent porter sur l’un des thèmes suivants : l’environnement ; les mines et la société ; les femmes dans l’industrie minière ; l’utilisation des minéraux dans les sports et le domaine de la santé et finalement, la géographie. Le public aura la possibilité de choisir sa vidéo favorite sur le site Internet du défi. Notre gestionnaire de projets, Guy Auger, explique pourquoi le concours vise les jeunes à radio NRJ de Val-D'Or 102.7 FM.

Pour connaître les règlements, visitez ce site : www.zoomminier.com

Gold Bullion Corp peine encore à mettre en valeur la mine Granada.

L’entreprise estime que l’ancienne mine a un potentiel de 2,5 millions d’onces d’or. Ils ont accumulé beaucoup de retard par rapport à leurs objectifs à cause de la rareté de main-d'œuvre (géologies) et des difficultés à se procurer de l’équipement. La société montréalaise aura deux années pour décider si elle va ou non en production.  L’Abitibi Express a fait une visite aux installations de la mine Granada et nous donne cette vidéo.

Le Plan Nord sur Internet

À cause de la popularité de ce sujet, nous partageons des liens qui peuvent vous aider à avoir plus d’information pertinente et actualisée :

 Le Plan Nord : site Internet officiel

Emploi Québec

Le Plan Nord sur Facebook (Plan Nord Emplois)

Le Plan Nord sur Twitter

Tout Pour Réussir.com – Plan Nord

 

Bien sûr, vous pouvez lire des articles partagés par nous par rapport à ce sujet :

Que connaissez-vous du Plan Nord? 

Le Plan Nord: en plein coeur du boom minier

Une nouvelle norme professionnelle voit le jour

Les mineurs et mineuses d’expérience verront désormais leurs connaissances et compétences reconnues par l’industrie minière québécoise. C’est ce que permet la nouvelle norme professionnelle pour les mineurs et mineuses travaillant sous terre lancée aujourd’hui.

 

Dès lors, ces travailleurs de l’industrie minière verront leurs compétences reconnues de façon officielle et n’auront pas à refaire, dans un contexte d’enseignement formel, les apprentissages qu’ils ont déjà acquis sur le marché du travail.

 

La « norme professionnelle mineur / mineuse sous terre » est une version adaptée aux réalités québécoises de la norme canadienne produite par le Conseil des ressources humaines de l’industrie minière (RHIM). La conception de la version québécoise de la norme a nécessité la création d’un comité de pilotage, d’un comité d’orientation représentant le secteur minier, puis d’un comité d’experts mineurs pour l’élaboration du contenu de la norme.

 

Pour consulter les différents documents reliés à la norme, cliquez ici.

NOUVELLE SECTION JEUNESSE SUR EXPLORE LES MINES.COM

Québec, le 20 janvier 2012 – Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines (CSMO Mines) permettra aux jeunes d’interroger les professionnels de l’industrie minière par l’ajout, sur son site Internet ExplorelesMines.com, d’une nouvelle section qui sera mise en ligne le lundi 23 janvier 2012.

Une fois par mois, un professionnel travaillant dans l’industrie minière sera présenté aux internautes. Ces derniers auront une semaine pour faire parvenir au CSMO Mines une question qu’ils se posent sur le métier, la formation, les défis ou l’industrie des mines en général. À la fin de la semaine, les réponses aux 10 meilleures questions seront mises en ligne.

Lire le communiqué de presse en version intégrale.

Notre première professionnelle est Isabelle Lévesque, ingénieure de projet chez Genivar.

Vous avez du lundi 23 janvier 2012 au vendredi 27 janvier 2012 à 16h pour nous faire parvenir vos questions par courriel (info@explorelesmines.com), Facebook ou Twitter.


À vos marques, prêts...préparez vos cv!

Comment fonctionne l'embauche dans l'industrie minière?

Québec, 30 novembre 2011 - Dans le cadre de l'exercice "48 heures pour mieux comprendre l'embauche dans l'industrie minière", notre équipe a questionné plusieurs responsables de l'embauche dans les compagnies minières.

Le processus d’embauche varie d’une compagnie à l’autre. Nous avons cependant retenu ce qui nous a semblé être les principaux réflexes d’embauche ou les actions qui pouvaient avoir un impact sur la rétention – ou non – des candidatures.

Les compagnies minières rejointes nous ont confirmé que plusieurs semaines s’écoulaient entre le moment où l’offre était annoncée sur les différents supports (sur Internet, dans les journaux, à la radio, etc.) et le rappel des candidats.

 

Lorsque l’offre arrive à échéance, les ressources humaines trient les candidatures. En 48 heures, les curriculums vitae non pertinents sont mis de côté.

Un système de notation des cv sert par la suite à faire ressortir les meilleurs candidats du lot. La candidature doit d’abord correspondre aux critères de l’offre d’emploi. Les compétences connexes sont par la suite considérées pour départager les candidats. Finalement, à compétences égales, les travailleurs habitant dans la ville ou la région minière (ou à proximité du lieu de travail) seront favorisés. Il s’écoule entre 2 et 3 semaines avant que les candidats retenus pour une entrevue soient rappelés.

D’ailleurs, les emplois ne demandant que des compétences générales et non spécialisées dans un domaine sont souvent pourvus (à compétences égales) par des travailleurs de la région où se trouve le lieu de travail. Pour les postes plus difficiles à combler (ex : ingénieur, géologue, etc.), les compagnies minières ne favorisent pas systématiquement la proximité.

Plusieurs compagnies minières travaillent avec des sous-contractants. Évidemment, ces personnes travaillant déjà sur le site de la mine sont, à compétences égales, favorisées lorsqu’il y a une ouverture de poste, car elles connaissent déjà le milieu de travail et la machinerie qui y est utilisée. L’affichage des postes est néanmoins faite à l’interne et à l’externe simultanément.

Nouvelle stratégie d'embauche d'Iamgold

Québec, le 4 novembre 2011 - La compagnie minière Iamgold située en Abitibi-Témiscamingue tiendra une journée spéciale d'entrevues le samedi 5 novembre 2011 pour rencontrer ceux et celles qui pourraient devenir leurs futurs mineurs de développement et de service.

Le personnel des ressources humaines rencontrera durant sept heures les personnes ayant de l'expérience en tant que mineur et développement et de service. Les entrevues auront lieu sur le site du Projet Westwood, sur le Chemin Arthur-Doyon à Preissac, de 9h à 12h et de 13h à 17h.

 Qu'est-ce qu'un mineur de développement et quelles sont les compétences requises pour le poste? Recherchez le poste de "mineur" dans nos fiches-métier.

 

Explore les mines s'arrête au CFP de Jonquière!

Québec, le 1er novembre 2011– La tournée « Explore les mines » s’arrêtera pour une première fois cette année au Centre de formation professionnelle de Jonquière ce mercredi 2 novembre 2011. L’industrie minière est en pleine effervescence avec ses 12 800 nouveaux emplois à venir d’ici 2020 et vit présentement une rareté de main-d’œuvre qualifiée.

 

En visitant ces institutions d’enseignement, le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines (CSMO Mines) souhaite faire découvrir une industrie aux perspectives prometteuses. Cette année, en plus de l’habituelle présentation faite aux étudiants, le CSMO Mines distribuera aux enseignants et à une vingtaine de chanceux son nouveau guide « 50 carrières de l’industrie minière ».

 

Ce guide Jobboom dresse le portrait des emplois de l’industrie en s’appuyant sur les témoignages de travailleurs occupant un poste dans l’une des 32 mines du Québec. De nombreux trucs et conseils sont donnés par ces personnes au parcours intéressant. Le guide illustre également 50 carrières jouant un rôle clé au sein des mines. Cet outil devrait grandement inspirer les étudiants à la recherche d’une carrière ou désirant en connaître davantage sur une industrie devenue techno et écoresponsable.

D'une mine à un centre de plein-air

Nous côtoyons l’industrie minière plus qu’il n’y paraît. Nous utilisons au quotidien les minéraux pour manger, communiquer et vivre ! Sans les minéraux, pas d’ustensiles ni outils de cuisine ; pas d’ordinateur ou de cellulaire ; et pas de maison ni de mobilier (car même si les matériaux sont en bois, encore faut-il les tailler…avec des scies faites d’acier) !

 

Nous côtoyons également les mines d’une autre façon.

La semaine dernière, un sondage a été lancé sur Facebook afin que nos « fans » identifient parmi trois endroits lequel était un site minier. Le Casino de Hull, le Centre de la nature de Laval ou la Base de Plein-air de Sainte-Foy ?  Vous avez été nombreux à vous questionner et bien souvent, on ne connaît pas le passé de la ville où on habite !

 

Vous serez surpris d’apprendre que les trois sont d’anciens sites miniers.

Le Casino de Hull, la Base de plein-air de Sainte-Foy et le Centre de la nature de Laval sont des preuves concluantes qu'il est possible de donner une deuxième vie à d'anciens sites miniers dont tous peuvent profiter.

 

L’étape de la fermeture d’une mine consiste à restaurer le site d’exploitation pour qu’il redevienne un écosystème. C’est ainsi que toute excavation est remplie, que tout amoncellement est nivelé, que les lieux sont reboisés et que les écosystèmes sont recréés.

 

 

 

Connaissez-vous le cycle minier, dont la fermeture est la dernière étape ? Cliquez ici pour mieux connaître les étapes de la vie d'une mine.

Pour en apprendre davantage sur l’utilisation des minéraux, cliquez ici.

Les nouveaux géants d'ArcelorMittal Mines Canada sont arrivés

  

(Photo Denis Laroche)

 

ArcelorMittal Mines Canada pousse le gigantisme à son plus fort avec ses nouveaux camions de 400 tonnes. Il s'agit des plus gros camions de transport du minerai au Québec. 

Dimanche dernier, ce sont près de 600 personnes qui ont pu s'approcher et prendre des photos des trois mastodontes présentés au public. D'ici environ 1 an et demi, ce sera un total de 15 camions de 400 tonnes qui rouleront au complexe minier de Mont-Wright, en Côte-Nord.

Cette nouvelle acquisition permettra de procéder à l'expansion annoncée par la compagnie minière au mois de mai dernier. La production annuelle de concentré de minerai de fer devrait alors passer de 14 à 24 millions de tonnes avant la fin de l'année 2012.

Denis Laroche, mécanicien en mécanique du bâtiment pour ArcelorMittal Mines Canada, était présent lors de l'événement. Il nous a fourni plusieurs photos de ces "bijoux".

 

5 faits qui ont impressionné le Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines:

1- La hauteur d'un camion équivaut à celle d'un immeuble de 2 étages.

2- Il faut monter un escalier de 18 marches avant d'accéder à la cabine!

3- Chaque pneu pèse à lui seul 5,5 tonnes.

4- Les camions sont si gros qu'ils doivent être assemblés sur place.

5- Un pneu est aussi haut que deux hommes.

(photo ArcelorMittal Mines Canada)

Que connaissez-vous du Plan Nord?

 La Presse a rédigé un dossier intéressant sur les investissements, les retombées et les impacts du Plan Nord. À lire pour mieux s'y retrouver et commencer, pour certains, à assembler les pièces du casse-tête sur le développement du Nord-du-Québec.

Pour lire la suite:

La_Presse_-_30_sept._2011.pdfLa_Presse_-_30_sept._2011.pdf (2,14 mo)

Venez visiter le premier camion de 400 tonnes au Québec!

48 heures pour mieux comprendre l'embauche dans l'industrie minière

Québec, le 21 septembre 2011- Le Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines (CSMO Mines) recueillera les curriculums vitae et lettres de motivation des travailleurs jusqu’au 23 septembre 2011 à midi via l’adresse courriel candidatures@explorelesmines.com. Étudiants et travailleurs auront 48 heures pour faire parvenir les candidatures qu’ils soumettent habituellement aux employeurs miniers.

 

Cette démarche vise à apporter une réponse à tous ceux et celles qui postulent auprès des compagnies minières et qui ne sont pas rappelés, malgré la formation et l’expérience qu’ils affirment avoir. Cette action ne vise pas à placer les travailleurs en entreprise, mais bien à tenter de résoudre un questionnement collectif.

 

Le CSMO Mines est sensible aux commentaires et souhaite aider les travailleurs dans leurs démarches en vue d’équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre compétente.

 

Pour le moment, le comité sectoriel ne peut donner une date à laquelle les conclusions seront disponibles. Le temps requis dépendra entre autres du nombre de gens qui soumettront  leurs CV et lettre de motivation.

 

Qu’est-ce que le CSMO Mines ?

Le Comité sectoriel de main d’œuvre de l’industrie des mines est un organisme sans but lucratif dont la mission est d’équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre compétente pour contribuer à la viabilité et au développement de l’industrie minière. Il concentre ses actions dans la promotion des métiers et carrières du secteur, dans le développement des compétences de la main-d’œuvre en emploi et dans l’amélioration des pratiques de gestion des ressources humaines.

L’univers des mines: de la cuisine à la terre!

Québec - Le 7 septembre 2011

Francis Reddy et Boucar, les deux animateurs de l’émission Des kiwis et des hommes, ont plongé dans l’univers minier le 17 août dernier et ont découvert que l’industrie des mines, c’est une histoire de famille et d’amour de la terre.

Francis Reddy et Boucar découvrent l'univers minier en compagnie de Pascal Duguay, Marc Charette et Lise Pelletier.

 

Pour Marc Charrette, opérateur de boulonneuse à la mine Niobec située dans la région du Lac-Saint-Jean, travailler dans les mines « est le plus beau métier au monde ». M. Charrette travaille dans l’industrie depuis 20 ans. Son père et son beau-père ont travaillé pour les mines durant plus de 40 ans, son frère et maintenant son fils sont aussi dans le domaine minier.

Les familles et les travailleurs sont habitués à la vie que leur offre les régions et aux horaires de travail peu communs. Travailler au Nord-du-Québec et dans certaines mines sur la Côte-Nord exige bien souvent de travailler deux semaines sur quatre ; d’autres quarts de travail sont de quatre jours, suivis de quatre jours de congé. Selon le poste occupé, il faut être à l’aise à faire des journées de 11 ou 12 heures, de jour comme de nuit. Les travailleurs aiment bien cela néanmoins. Être des jours et des semaines entières avec leur famille permet de passer du temps de qualité avec leur femme et leurs enfants, selon Patricio Iglesias, cuisinier à la mine Meadow Bank.

 

Cette photo montrée à l'émission donne une bonne idée de la taille des équipements miniers. Ici, Pascal Duguay, instructeur, chef de groupe et conducteur d'équipement miniers chez ArcelorMittal Mines Canada, est posé devant un camion de 400 tonnes.

 

L’industrie minière, c’est aussi un monde de géant où la machinerie est surdimensionnée. Changer le pneu d’un camion de 240 tonnes peut prendre jusqu’à une journée, a confié aux animateurs Lise Pelletier, mairesse de la ville de Fermont. Devant l’air étonné de Boucar, Pascal Duguay, instructeur, chef de groupe et conducteur d'équipement minier pour ArcelorMittal Mines Canada, a ajouté qu’un tel pneu pouvait même coûter jusqu’à 50 000$ !

 

Dans la cuisine de Patricio Iglesias

Patricio Iglesias, originaire du Chili, est le cuisinier de la mine Meadow Bank, au Nunavut. Il prépare tous les jours des plats pour 500 travailleurs. Bien qu’il cuisine à l’émission un ragoût de cerf en compagnie des animateurs, M. Iglesias affirme avec le sourire que le repas qui rend le plus heureux les travailleurs demeure la traditionnelle pizza accompagnée d’ailes de poulet et de poutine. La belle « gastronomie québécoise » du vendredi soir, quoi !

 

Visionnez l’émission Des kiwis et des hommes qui passe à Radio-Canada du lundi au vendredi à 9h. Cliquez ici pour l’émission du 17 août sur l’univers des mines !

Où vont les 530 millions $ d’Xstrata nickel ?

Québec – Le 5 août 2011

Xstrata nickel investit 530 millions $ dans son complexe minier situé au Nunavik, au Nord-du-Québec. Cette nouvelle annoncée par communiqué de presse le 2 août dernier a vite circulé sur les médias sociaux.

 

Cet investissement substantiel servira entre autres à approfondir la mine 2, prolongeant ainsi la durée de vie du complexe minier Raglan de 25 années supplémentaires. L’exploitation pourra donc s’y faire jusqu’en 2045.

 

À cela s’ajoute la construction d’une cinquième mine, Qakimajurq. Cette dernière mine porte bien son nom – qui signifie « riche » en inuktitut – en raison de sa forte concentration de nickel. Sa teneur par tonne est d’environ 4,5%, en comparaison aux autres mines souterraines de Raglan qui affichent des teneurs variant entre 2,5% et 2,9%.

 

L’expansion d’Xstrata nickel ajoutera 200 nouveaux emplois aux 750 postes actuels.

 

Les 530 millions $ serviront également à la mise à niveau du concentrateur qui permettra, avec la construction de Qakimajurq, d’augmenter la production de nickel, qui passera de 28 000 tonnes (chiffre datant de 2010) à 40 000 tonnes en 2016.

 

Qu’est ce qu’un concentrateur ?

Une fois les blocs de minerai concassés et broyés finement, le minerai est acheminé vers des récipients géants où les résidus (ex : sable) sont séparés du nickel avec de l’eau et des produits chimiques. Le fonctionnement est similaire à celui d’une centrifugeuse.

Les 530 millions $ serviront à rendre le complexe minier plus productif: voici la répartition des dépenses.

Vous avez le pouvoir de décider !

Dans deux semaines, le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines se rendra à Val d’Or pour participer à la création d’une activité visant à faire découvrir aux élèves de 4e et 5e secondaire les possibilités de carrières dans l’industrie minière.

 

Comme plusieurs têtes valent mieux qu’une, nous avons décidé de demander votre avis sur la question et de faire un brainstorming à l’échelle du Québec.

 

Votre concept pourrait être retenu et circuler dans les écoles du Québec ! Prêts à soumettre vos idées ?

 

Voici les critères à respecter.

 

L’activité doit:

-       pouvoir être animée par une seule personne ;

-       durer un maximum de 75 minutes ;

-       s’adresser aux élèves de 4e et 5e secondaire ;

-       s’adresser à des jeunes issus de régions minières et non minières ;

-       pouvoir être intégrée à des programmes de sciences au secondaire.

 

 

Pour soumettre vos idées, rendez-vous sur www.facebook.com/explorelesmines. Une discussion a été créée : vous y répondez en y mettant vos idées !

 

Les meilleurs concepts seront retenus et vous pourrez voter à partir du 23 juin pour ceux que vous préférez sur la page d’accueil du site Explore les mines.

 

Les idées ayant retenu le plus de votes seront soumises au comité décisionnel lors de notre passage à Val d’Or.

 

Bonne chance à tous !

Plus de nickel pour Raglan

En 2013, Raglan augmentera sa production de nickel, sans pour autant hausser son tonnage. « La mine kikialik, qui commencera sa production commerciale d’ici le début de l’année 2012, offre une concentration de nickel plus grande qu’espérée par Xstrata », a expliqué Francis Beauvais, responsable des communications de la compagnie minière. 

Un filon plus riche signifie que moins de minerai devra être extrait de la mine souterraine pour obtenir les mêmes résultats. En raison de la qualité et de la quantité de minerai, l’exploitation du gisement devrait s’étaler sur huit ans.

Pour les nouveaux travailleurs, l’ouverture prochaine de kikialik n’aura qu’un impact relatif. Bien que la compagnie minière embauche régulièrement des employés pour ses différents sites, il s’agira d’abord d’un transfert de main d’œuvre. Lorsque les mines Raglan 1, 2 et 3 fermeront, les employés seront transférés au nouveau site. L’embauche de nouvelle main-d’œuvre pourra ensuite prendre cours.

Concernant le projet de Qakimajurk, l’ouverture de la mine espérée en 2015 dépendra de la compagnie minière. « Pour le moment, le site est encore en phase d’exploration. La décision d’investir d’Xstrata dépendra de la richesse du sol, selon ce qui est le plus avantageux. », a ajouté M. Beauvais.

L’opération séduction de Raglan

Raglan offrira un nouvel horaire de travail à ses employés, permettant à ceux-ci d’être présents à la mine 50% du temps, plutôt que d’y être les 2/3 de l’année. C’est ce qu’annonçait le communiqué de presse du Syndicat des métallos le 24 mai dernier, après 40 jours de négociation.

Xstrata Nickel alternera entre du 3-2-2-3 et du 2-3-3-2 (6 semaines de travail entrecoupées par 4 semaines de congé et 4 semaines de congé entrecoupées par 6 semaines de travail).

L’horaire accepté dans la convention collective fera l’objet d’un projet pilote où 30% des travailleurs ayant cumulé le plus d’ancienneté testeront la viabilité du projet. En 2013, tous les travailleurs auront le choix de passer au nouvel horaire ou de conserver celui qu’ils ont présentement.

Bien que les travailleurs ne soient pas complètement satisfaits de cette dernière entente, l’augmentation considérable de leur salaire a su les satisfaire, a commenté Marc Thibodeau, représentant syndical. Les travailleurs verront leur salaire augmenter de 5,5%, car ils seront désormais payés à temps et demi la fin de semaine. La prime de travail de nuit a quant à elle augmenté de 250%, passant ainsi de 0,50$ à 1,25$.

Photo: Syndicat des métallos

 

C’est pour redevenir concurrentielle que la compagnie Xstrata, propriétaire de la mine de nickel au Nunavik, a ratifié la nouvelle convention collective. D’autres compagnies minières offrent ce qu’on appelle du « 14-14 » : travailler 14 jours de suite et prendre ensuite 14 jours de congé. Les ententes ratifiées devraient avoir pour effet de retenir les travailleurs actuels et d’en attirer de nouveaux.

 

Un nouveau départ pour Raglan

Dès 2013, les travailleurs pourront partir en avion de Québec pour le Nord. Cela s’ajoute aux vols en partance de Montréal et de Rouyn. « Beaucoup d’employés viennent du Saguenay-Lac-Saint-Jean et ils doivent souvent partir la veille et empiéter sur leurs journées de congé pour se rendre à Montréal, a souligné M. Thibodeau. Ce nouveau point de départ est donc une bonne nouvelle pour eux ».

Le CSMO Mines en pleine expansion!

Grâce à la constante expansion de l'industrie minière et à la nécessité grandissante du Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines, le CSMO Mines est en pleine expansion.

C'est pourquoi nous déménageons aujourd'hui vers de plus grands bureaux. L'excitation va grandissante tandis que toute l'équipe termine ses boîtes. Vous pouvez voir Guy dans la photo, notre gestionnaire de projets, en train d'identifier les boîtes afin qu'on ne soit pas perdus à l'arrivée!

 

Toutefois, qui dit déménagement dit aussi petit temps d'adaptation. Notre ligne téléphonique et notre Internet arrivent un peu plus tard. Jeudi et vendredi, il nous sera donc plus difficile d'être présents pour vous et de répondre à vos questions.

Notre nouvelle adresse est située au 2065, rue Frank-Carrel, au bureau 1. Notre numéro de téléphone demeure le même, soit le 418-653-9254.

Bonne semaine!

Vers de nouvelles normes durables pour les mines

Hier, Monsieur Serge Simard, ministre délégué aux Ressources naturelles et à la Faune, présentait un nouveau projet de loi visant à resserrer davantage les principes de développement durable autour de l'exploitation des mines au Québec.

Ce projet de loi serait en fait une modification de l'actuelle Loi sur les mines.

 

Avec les modifications apportées, les mines devront entre autres:

- Prévenir les villes 90 jours avant d'entamer des travaux miniers sur le territoire;

- Obtenir le consentement écrit du propriétaire avant d'entreprendre les travaux miniers;

- Obtenir le consentement de la municipalité concernée, sous peine de se voir refuser le projet minier.

 

D'après les propos recueillis par l'Agence QMI, l'industrie craint que cela ne décourage les entreprises à venir investir au Québec. Espérons, pour l'économie, pour le bien être des populations concernées et pour l'environnement, que ce nouveau projet de loi pourra se tailler une place sans nuire au boom minier.

 

Des idées minières plein la tête

Le CSMO Mines lève son chapeau aux initiatives et est toujours heureux de constater celles et ceux qui permettent de faire vivre l'expérience minière aux néophytes.

Françoise Chevalier (enseignante) et Liette Bastien (TES) ont rendu la chose possible en invitant les élèves de 3e secondaire de la Polyvalente Horizon-Blanc à visiter la mine AcerlorMittal équipés de casque, de lunettes et de dossard.

 

À l'aventure

Si la taille des équipements impressionne, le monde minier fascine:les élèves ont pu observer, à partir du belvédère, l'extraction du minerai par les miniers. Ils ont pu ensuite en apprendre davantage sur le processus de concentration du minerai et sur les différents corps de métiers. Il y en a pour tous les goûts!

À l'approche de la fin de l'année scolaire, rien de mieux qu'un petit voyage dans une mine, question de se dégourdir les jambes et d'en apprendre plus sur l'une des industries les plus prospères au Québec!

Le Plan nord: en plein coeur du boom minier

Depuis son lancement lundi dernier, le Plan Nord a fait couler beaucoup d’encre. Ce projet de développement économique annoncé par Jean Charest promet de nombreuses choses pour le 49e parallèle. Durant les trois dernières années, divers comités ont planché sur le Plan Nord avant d’en faire l’annonce. Comme celui-ci concerne l’industrie des mines, le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines pense qu’il est essentiel de faire une synthèse de ce qui s’est dit au courant de la semaine. Voici notre analyse de l’actualité :

 

Le Plan nord en chiffres :

-       80 milliards $ investis dans un projet prévu pour les 25 prochaines années ;

-       Des retombées économiques de 14 milliards de $ dans les coffres de l’État ;

-       20 000 emplois créés ou consolidés à chaque année.

 

Le Plan nord, c’est aussi le Québec qui accueille 11 nouveaux projets provenant de firmes internationales. Ces firmes exploiteront les richesses de nos sols, dont le fer, le nickel, le cuivre, l’or et le diamant. Ces nouveaux projets entraîneront la création de 11 000 emplois durant la phase de construction.

 

Sur le territoire qui sera exploité habitent quatre nations autochtones.  Pour le moment, seules les nations Crie, Naskapie et les Inuits ont donné leur aval : ils participeront au Plan Nord. En l’absence d’une entente territoriale, les Innus ont refusé d’y prendre part.

 

Finalement, la pensée axée sur le développement durable n’a pas été laissée pour compte. Le respect des communautés locales et autochtones, ainsi que de la qualité de l’environnement, seront considérés dans l’exécution du Plan nord.

 

 

Le monde techno des mines, 13 000 mètres sous terre

Qui a dit que l’industrie minière ne pouvait pas vivre son boom technologique, elle aussi ? Les mines n’ont plus leur image d’autrefois. Si vous êtes collés à la technologie, avec vos cellulaires, vos téléphones intelligents et vos tablettes Ipad, imaginez ces travailleurs qui oeuvrent dans l’un des secteurs les plus en vogue ces temps-ci.

 

La mine Westwood d’Iamgold, qui entrera en fonction en 2013, sera l’une des plus high tech du Canada. Elle utilisera entre autre une puce électronique gérant les entrées et sorties des travailleurs et contrôlant l’utilisation des machines.

 

De manière générale, les mines font usage de l’électronique et de la robotique. Des véhicules sont automatisés et commandés par les employés avec des manettes de console, les activités peuvent être contrôlées à distance et les modèles géologiques sont conçus en trois dimensions.

 

Bref, les réseaux sans fils et cellulaires ne se rendent pas jusqu’à 13 000 mètres sous terre – profondeur qu’aura Westwood – rien n’empêche aux gens de profiter de la technologie !

La soif de fer et autres utilités…

Les Chinois ont soif de fer. La demande actuelle est telle que la construction d’infrastructures en sol canadien équivaudrait à bâtir l’équivalent de cinq fois la ville de Montréal en un an, rapportait hier Jean Gagnon dans La Presse affaires.

 Bonne nouvelle pour les régions de la Côte-Nord qui regorgent de ce minerai. La Baie James pourrait d’ailleurs accueillir deux nouvelles exploitations qui généreraient des investissements de 4 milliards.

La construction d’installations portuaires nécessaires au transport du minerai pourrait créer près de 2000 emplois, en plus des 1000 travailleurs requis durant la phase d’exploitation.

Que faire du fer ?

Curieux de connaître l’utilité du fer dans la vie quotidienne ? Dans le cadre de la semaine de l’industrie minière du Québec, l’AMQ présente les différents usages que nous faisons des minéraux. À découvrir !

Un exploit notable

Les Mines d'Or Wesdome, et plus particulièrement la mine Kiena, près de Val-d'Or, ont l'air à la fête ces derniers jours. Le 15 février dernier, le site minier a dépassé la barre des 1 millions d'heures travaillées sans accident compensable. L'évènement sera souligé à la fin mai, alors que sera aussi célébré le 30e anniversaire de la mine.

Le journaliste Patrick Rodrigue s'est entretenu avec le directeur général de la mine, M. Sylvain Lehoux.


L'équipe d'Explore les mines en visite à la mine Kiena en Janvier dernier

L'environnement dans un contexte minier

Véritable épine dans le pied de l'industrie minière ces dernières années, la question environnementale n'avait pourtant aucune raison de se retrouver dans cette position aux yeux de la population.

De nos jours, l'industrie minérale a mis en place de très hauts standards environnementaux, qui, dans la plupart des cas, dépassent largement le niveau minimum exigé par loi.

Saviez-vous que les minières ont des postes de "Conseiller à l'environnement" ou de "Responsable de la gestion des eaux usées" ? Et ce ne sont là que des exemples parmi tant d'autres!

L'Écho Abitibien s'est penché sur une étape du processus minier: l'exploration. Le journal a suivi une équipe d'exploration, et vous présente les différentes techniques mises en place pour limiter l'empreinte écologique.

De nouveaux investissements sur la Côte-Nord

Décidement, la fillière minérale de la Côte-Nord se porte plutôt bien. Après l'annonce l'automne passé d'ArcelorMittal Mines Canada qui allait doubler sa production mondiale, et l'achat récent de Consolidated Thompson par Cliffs Minerals, voilà maintenant que la compagnie minière IOC, appartenant au groupe minier Rio Tinto, lance un programme d'expansion de 300 millions $.

Le développement du concentreur de Labrador City passe donc en phase 2. Cette décision aura des incidences jusqu'au Québec car le réseau ferroviaire reliant Labrador City et Sept-Îles (installations de traitement du minerai) sera amélioré.


Les installations de Mines IOC sur la Côte-Nord

L'adaptation dans les régions minières

Plusieurs intervenants en ont parlé ces derniers mois, l'industrie minière devra recruter plusieurs employés dans les mois et années à venir. Outre le défi de former cette main-d'oeuvre, il y a celui de les intégrer dans les communautés des régions minières. C'est connu, les mines sont rarement installées près des grands centres urbains.

Bien qu'une partie des travailleurs miniers travaillent directement dans les villes telles Montréal et Québec, la grande majorité doivent déménager et s'installer dans les régions ressources.

Le magazine Jobboom de Novembre 2010 a un article intéressant sur le dossier. Il prend l'exemple de la ville de Matagami et de la mine adjacente de Persévérance, de la compagnie minière Xstrata Zinc.

La vie, 2 000 pieds sous terre

Probablement parmi les questions qui nous reviennent le plus souvent, il y a celle de la vie sous terre. Comment ça se passe? Est-ce que c'est sécuritaire? Ça ressemble à ce qu'on voit dans les films? Ces derniers temps, plusieurs médias des régions minières ont eu la chance de visiter certaines mines.

Le dernier en lice? L'Écho Abitibien, et son journaliste Mathieu Proulx, qui s'est offert une visite dans l'une des mines les plus profondes au Canada, la mine LaRonde d'Agnico-Eagle, en Abitibi. Dans son article, il répond à plusieurs de ces questions, et il aborde les installations mises à la disposition des mineurs et autres employés sous-terre. Par ici la visite

La Tournée Explore les mines en Mauricie

Notre chargé de projet, Guy Auger, parcoure le Québec depuis quelque temps déjà pour faire connaître notre industrie, mais surtout, pour faire tomber les tabous qui existent. L'époque du pic et de la pelle, ça date des films en noir et blanc. Aujourd'hui, c'est un monde technologique les mines. Si vous en doutez encore, visitez donc notre page Vidéos, ça vous convaincra.

Ces derniers jours, la Tournée Explore les mines était en Mauricie et les médias de la place se sont intéressés au sujet. Radio-Canada en a parlé dans ses bulletins radio et au Téléjournal Télé, le Nouvelliste, l'Hebdo-Journal et l'Hebdo du St-Maurice en ont parlé dans leurs pages.

Surveillez nos réseaux sociaux pour connaître les dates et endroits des prochaines visites de la Tournée!

Les détails de notre concours Facebook

Le 23 janvier dernier, nous annonçions un petit concours sur notre page Facebook. Il s'agit d'un concours amical, et c'est le cas de le dire. Le but? Avoir 350 amis sur la page Explore les mines. Pourquoi? Parce que nous croyons que cette page est un excellent outil d'information pour vous, et que la page est méconnue. Vous connaissez des gens qui pourraient peut-être s'y intéresser? Invitez-les à nous rejoindre.

La journée où la page franchira le chiffre magique, nous ferons un tirage en sélectionnant au hasard un gagant parmi les membres. Et on lui fera parvenir, par la poste, un MAGNIFIQUE prix. Il s'agit d'un kit cadeau Explore les mines comprenant un t-shirt, un cordon à clé, un porte-clé "casque de mineur", une épinglette et un livre "50 métiers et carrières de l'industrie minière".

Qu'est-ce vous attendez pour participer et inviter vos amis?


Nouvelle section sur Explore les mines.com

Depuis le lancement d'Explore les mines.com, nous vous présentons des nouvelles minières sur la page principale, des nouvelles qui redirigent vers d'autres sites. À compter de maintenant, nous vous présenterons les nouvelles avec une touche personnelle, soit avec plus d'information, ou encore avec nos commentaires personnels.

Je profite de ce premier message pour vous annoncer en primeur l'arrivée d'un blogue, prévue quelque part ce printemps. Il vous sera alors possible d'intéragir avec nous, et de commenter nos nouvelles. D'ici là, continuez de visiter notre page Facebook, qui vous permet de le faire merveilleusement.

Finalement, si vous avez des idées de sujets que vous voudriez voir apparaître dans ces nouvelles, n'hésitez pas à me contacter.

David Latouche
CSMO Mines

Je m'abonne

Inscrivez-vous à notre Infolettre et recevez nos dernières nouvelles
Voir toutes les infolettres
La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines.
Comission des partenaires du marché du travail Québec
Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.
Kaleidos, agence web
© 2012 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie des mines | www.csmomines.qc.ca